Sinsemilia fête ses 20 ans de tournée en cette fin d'année 2011, l'occasion pour reggae.fr de faire le bilan avec l'un (et non le moindre) de ses membres: Mike.

Reggae.fr: Si on t'avait dit il y a 20 ans qu'on serait là à parler de deux décennies du groupe...l'aurais-tu cru ?

Mike, Sinsemilia: Oh non !!!...A l époque de ce premier concert (puisque c' est 20 ans de concert que l’on fête cette année) on était juste des ados, amis depuis l'école primaire, passionnés de reggae, et dont le seul but était de se régaler ensemble à reprendre les morceaux de nos idoles jamaïcaines …penser qu’on pourrait faire carrière n'était même pas possible en rêve :on n'était pas musiciens et on voulait jouer une ziq qui à l'époque passait auprès de la majorité des gens comme totalement ringarde! Vraiment il était impossible d’envisager un tel parcours! Nous on voulait juste se régaler.

20 ans de tournée avec Sinsemilia: quel est le bilan ?

Comment te répondre ? C'est tellement une page importante de nos vies. Comment tirer un bilan autre que "merveilleux" sur ces 20 ans? On a plus de 1000 concerts dans les pattes, on a vécu des choses incroyables tout cela entre amis!  pff…bien sûr ce n'est pas tombé du ciel, tout cela on l'a obtenu à force de travail, de sincérité de "tout c'qu'on a". Mais sincèrement la vie nous l'a rendu au centuple !!! Vraiment on a une chance incroyable d’avoir vécu ces 20 ans !

Vous venez de sortir un Best Of pour ces 20 ans, comprenant 2 titres inédits "Le Sourire" et "Entre nos mains". Peux-tu nous expliciter les messages que vous avez souhaité faire passer avec ces 2 nouvelles chansons ?
Déjà, pour ces 2 chansons, nous qui avons tellement l'habitude d'écrire des textes pas toujours très joyeux là, vu la période, on voulait une touche d'optimisme. C’est cette touche qu’on retrouve dans "Entre nos mains"… car mine de rien tant de choses dépendent de nous. "Entre nos mains il y a la lumière". A nous de faire "que demain soit plus beau qu’hier". 
Pour "Le sourire", c’est juste que c'est une part de ma façon de vivre. Je pars toujours du principe que l'inconnu que je croise peut être un allié. Et la passerelle qui permet un premier contact, qui l'établit sur de bonnes bases, c'est ce sourire dont on parle. "Il apaise les tensions, il n'efface pas les larmes mais offre du réconfort, il est la bienvenue qu’on souhaite à l'inconnu".

Peux-tu nous raconter la rencontre entre les membres du groupe et l'idée de sa création?
A la base Riké et moi sommes amis depuis l'école primaire, Natty et Roukin sont nos amis d'adolescence (même quartier de Grenoble) … et va savoir pourquoi le reggae nous tombe dessus à ce point. Il prend une place énorme dans nos vies d'ados! Alors à force de passer nos soirées à l'écouter c'est presque naturellement qu'on se retrouve à gratter sur des guitares et à fredonner les airs de Marley! A ce petit jeu là Riké et Natty sont de vrais moteurs. Natty à la basse (quand on en a une sinon la gratte sèche fait l'affaire) et Riké à la guitare ou à la batterie. Et c'est parti! Très vite, les 4 qui font du reggae sont rejoints par Ivan (batterie) et Karine (sax) qui sont du quartier d'à côté. Dès qu'on peut on se fait des répètes publiques avec tous les potes: des copines aux chœurs et puis petit à petit tout cela prend forme autour des plus motivés, de ceux qui préfèrent aller boeufer que de sortir traîner en ville.

La chanson "Tout le bonheur du monde" est devenue partie intégrante de la culture musicale française...qu'est ce que ça fait?
Comment te dire…On a écrit une chanson et elle est devenue la chanson la plus diffusée sur les ondes françaises au cours des 6 dernières années tous styles confondus: c'est lunaire; tout le monde connaît cette chanson, elle fait les mariages, les enterrements. Je connais même une femme qui a demandé à ce qu’elle soit diffusée en salle d'accouchement pour la naissance de son enfant … Pour nous c'est fou, touchant, émouvant. Tu sais quand une chanson que tu as écrite avec tes enfants comme inspiration est enseignée à l'école à des enfants, tu ne peux qu'être fier et heureux … D'autant plus que c'est une chanson que j'aime!! Beaucoup la considèrent comme une chanson joyeuse, pourtant les couplets expriment les peurs qu'un père ressent en voyant le monde dans lequel ses gamins vont grandir.

Dans le groupe beaucoup ont des projets solo, que ce soit au cœur de la création musicale à proprement parler, ou au niveau de la production musicale ou autre. Etait -ce important pour chacun de développer ses propres projets ?

Pendant 15 ans, on a tout consacré à Sinsemilia parce que c'était nos vies… mais il est impossible d'exprimer entièrement tout ce que tu as en toi dans un collectif de 10 personnes. Donc c'est important pour notre épanouissement de pouvoir s’exprimer dans d'autres projets. Mais Sinsé pour nous se situe bien au delà de tout autre projet.

Quels sont les tiens en solo ?

J'ai monté Echoprod il y a 6 ans, boîte de pro, de management et de tournée qui gère Sinsemilia, mais aussi des artistes comme Maxxo, Mountain Men, Emzel café, etc. On a produit les compiles "Reggae d'ici la relève", l'album "La jungle" de Junior Tshaka, le dernier Maxxo, etc…. Ça c'est la partie producteur.
Concernant la partie artistique proprement dite j'écris pour d'autres: les albums de Riké, des titres pour Tiken jah (je suis très fier de "Viens voir",  que j'ai écrit pour lui) et d' autres à venir.

Quel est le concert dont tu gardes le meilleur souvenir avec Sinsemilia ?
Notre premier concert au Summum de Grenoble (l'équivalent du zénith). C’était en 96…Première Récolte venait de sortir. On avait auto-produit notre date (ce qui à l'époque semblait complètement dingue : le petit groupe de reggae qui loue un zénith: j'avais 23 ans, des locks et un pantalon africain alors c'est sûr que ça les changeait des gros producteurs parisiens !!). Pendant des mois on travaillait la journée (pour ceux qui avaient un boulot), on répétait le soir et dès qu'on pouvait on allait afficher la nuit. On allait afficher dans les 200 km autour de Grenoble, en guerriers, sans relâche. On rêvait de faire mille personnes au Summum. Le soir du 23 mars, ils étaient 4000 !!!! On avait même plus de places à vendre. Là rien que de t'en parler j'en ai encore des frissons! Ce soir là je pense qu'à un moment ou un autre chaque sinsé a au moins versé quelques larmes !! J'avais 23 ans et ce soir là j'ai embrassé la lune.

Quel est le pire ?

J'ai failli te dire que je ne vois pas mais si, j'en vois un. Un concert à Amsterdam. L'affiche c'était (et dans l' ordre de passage s'il te plait) : Black Uhuru (avec Sly and Robbie), Mr Vegas, Morgan Heritage, Sinsemilia et Sizzla !!! Quand j'ai vu l'affiche je me suis dit "ouhla , ça peut être compliqué". Dans la presse le matin on nous annonçait comme "le groupe de reggae qui a retourné la France". On a débarqué devant un public composé à 80 % de "bobos dreads" (je schématise) venus pour Sizzla et Morgan. Et nous on débarque avec notre "reggae rock" et nos lyrics en français. Stupeur dans la salle !!!! Bon ça va, ils ne nous on pas tués (rires). il y avait même des mecs qui kiffaient mais bon, qui ne le montraient pas trop hein (rires). Heureusement c'était à Amsterdam donc la fin de soirée a quand même été bien bien cool.

Quel est ton meilleur souvenir en studio avec Sinsemilia?
Celui-là est perso mais bon. Pour l'album "Tout c'qu’on a" on avait branché LKJ pour qu’il fasse un morceau avec nous. On le croisait très souvent en festivals et on a toujours été fans. Un vrai militant Linton, des vers acérés comme je les aime. Sa première réponse fut "désolé Mike mais j' fais pas trop de feat, même jamais. Je lui dis "écoute je t'envoie quand même le morceau et la traduction du texte pour que tu comprennes de quoi on parle parce que je trouve que ce morceau t'irait vraiment bien". La semaine passe et pendant qu’on enregistre en studio à Bruxelles il me tel et me dit : "Ok, j aime beaucoup le texte, on va le faire. Tu peux venir à Londres la semaine prochaine ?" Évidement la semaine d'après je quitte Bruxelles pour London. Là-bas, juste avant d'enregistrer il me dit "ça te dérange si je modifie 2 fins de phrases sur le texte?". Là je comprends pas. C'est là qu'il me dit "j'adore ton texte, je vais l'enregistrer et ce sera la première fois que j'enregistre un texte qui n'est pas de moi". Vu le respect que j'ai pour lui en tant qu'auteur, ce fut pour moi le plus beau compliment que j'ai reçu en 20 ans d'écriture! A la fin de sa prise l'ingénieur du son lui dit "Linton comme d'habitude ton texte est magnifique" et là Linton se tourne vers lui, me montre de la pointe de son chapeau et lui dit  "oui mais celui-ci est du jeune homme assis là". En fait à cet instant mon corps était assis dans le canapé mais moi je volais … et pour finir la journée : retour à Bruxelles, les autres ont enregistré toute la journée. quand j'arrive tout le monde s'arrête. On met la bande dans le magnéto … et quand la voix de LKJ résonne sur notre son dans le studio c'est big big big vibes !!!!


Et le pire ?
Le pire c'est à la fin du mixage de "Première Récolte". Je suis seul chez moi, j'écoute les résultats et je pleure. Je me dis "c'est pas possible. Tu chantes comme une merde. Tu as une voix de merde. Les gens vont se foutre de ta gueule". Depuis je ne chante pas beaucoup mieux,  j'ai toujours la même voix. Mais je le vis très bien (sourire).

Comment Sinsemilia se situe lui-même par rapport au reggae français?
Nous on préfère ne pas chercher à se situer! Depuis toujours on a fait notre truc à notre façon, en artisans grenoblois que nous sommes. Après, les gens peuvent nous situer où ils  veulent: pas de souci. On a juste cherché à faire notre truc consciencieusement et avec cœur. Le reste n'est pas très important.

Comment en particulier te situes-tu par rapport à des groupes tels que Dub Inc, Danakil ou encore Broussaï ?

Ah la jeune génération, quoi que eux aussi prennent de l'âge (sourire). Perso je suis très copain avec les Dub Inc....vraiment j'aime beaucoup ces gars: la façon dont ils gèrent leur truc, le côté groupe de zic passionné mais sans cinéma.  Des gens normaux qui donnent le max par passion. Vraiment je respecte énormément. J'ai eu l'occase de voir un peu de l'intérieur et il y a des signes qui ne trompent pas. J'ai fait récemment un feat sur scène avec eux. Et je pouvais ressentir de l'émotion réciproque sur scène. C’est con mais pour moi c'est essentiel: la ziq doit être faite d'émotions, de rapports humains. Je retrouve ça chez eux comme chez nous.
Danak je découvre depuis peu et là aussi ça fait plaisir: là aussi ça respire l'aventure humaine et l'amitié à tous les étages.
Broussai je connais moins (personnellement j'entends) je crois que je ne les ai croisés qu'une ou 2 fois. Il me semble qu’on est dans la même veine.

Des collaborations avec ces groupes plus récents sur un album sont-elles envisageables?
Tout est toujours envisageable et je dirais même que si ça se fait ça sera avec grand plaisir. J'ai d'ailleurs récemment écrit un texte pour un des groupes de cette nouvelle génération (ils t'en parleront à l'occase s'ils le veulent) et moi ce sera toujours avec plaisir tant qu’on est dans des échanges sincères.

Pourquoi selon toi le reggae jamaïcain ne parvient pas à devenir une musique plus "commerciale", alors que le reggae français lui connaît une assez nette progression ?
Pff...Je ne sais que te répondre. Bon déjà en France pour une part du public comprendre le texte est essentiel donc il se tourne peut être plus facilement vers les groupes français. Et puis (sans vouloir généraliser) je pense que le côté inégal de certaines tournées jamaïcaines, l'attitude de certains artistes n'ont pas vraiment rendu service au reggae jamaïcain en France.

Quelles sont les musiques qui t'ont inspiré à tes débuts ?
Marley, Steel Pulse, Spear, les vieux Aswad, MackaB, Tosh, Mighty Diamonds …etc etc

Pourquoi ne voit-on pas plus Sinsemilia à la télé ?
T'as l'impression de nous avoir déjà beaucoup vu ? Bon déjà, on ne va jamais sur tf1 (je refuse de cautionner) pourtant ils ont essayé comme des fous au moment de "Tout le bonheur" mais y a pas moyen. Après, bon on a fait le journal de France 2 et ça s 'est moyennement bien passé (rires). Je te laisse voir sur internet. "Chiraquie" au journal de 13h c'est marrant!!. Donc on fait Taratata de temps en temps (3 fois) et un ou deux trucs de temps à autre. Mais tu sais on n'a jamais été très tv, même à l'époque de "Tout le bonheur" on a vraiment trié ce qu'on faisait: c'est surtout le clip qui tournait beaucoup.

Sinsemilia a connu le temps où les CDs se vendaient encore...Comment envisages-tu l'évolution de la vente de la musique ?
Je te dirais que le patron de label indé que je suis se pose régulièrement la question de "comment continuer à produire des disques quand tu sais que tu n'en vendras pas?" (sourire). Pour Sinsemilia pas de soucis hein, notre histoire se déroule sur scène… Mais pour les jeunes groupes ou même des "vieux artistes" dont les ventes n'ont pas atteint des sommets il devient vraiment compliqué de se faire produire un disque. Bref …C est pas gagné tout ça.

Quel est le message que tu voudrais que le public retienne de Sinsemilia ?
Celui du premier couplet de "Tout c'qu’on a" (ou même tout le texte de "Tout c'qu'on a" tant il résume notre histoire):
"La musique est notre taf mais c'est bien plus que ça
Toutes nos vies sont là depuis tant d'années déjà
Faire ça comme ça dans cette famille là
On a tout donné pour ça
Avec des erreurs parfois mais qui n'en commet pas ?"

Comment te vois-tu dans 20 ans ?
Aucune idée !!! ah si ..grand père !

Merci Mike!