Who Rhum The World : Scars en Martinique
chronique Lifestyle 0

Who Rhum The World : Scars en Martinique

On continue la série de découvertes autour du rhum qui nous est offerte par Scars depuis près d'un an. Pour ceux qui n'auraient pas suivi les épisodes précédents, on rappelle qu'il y a 3 ans, le chanteur français, qui a plus d’une corde à son arc, démarrait son blog Who Rhum The World ? afin de partager sa passion pour le rhum, et d’apporter sa pierre à l’édifice du monde du rhum en décrivant ses expériences et ressentis issues de ses différentes et nombreuses dégustations.

Cap aujourd'hui sur la ditillerie martiniquaise HSE !


"J’ai beaucoup de respect pour le travail de la distillerie martiniquaise HSE et ce, à plusieurs égards.

Initialement, et avant même d’avoir dégusté leurs rhums, j’ai tout de suite été attiré par leur marketing.
Un format de carafe sympa, de jolis codes couleurs plaisant à mon côté collectionneur et surtout, la précision et la transparence.



En effet, en bas de chaque étiquette de la plupart de leurs rhums, il y a de nombreux détails (type de fût, date de mise en fût, date d’embouteillage…), chose qui n’était pas si fréquente à l’époque où j’ai commencé à m’intéresser au rhum agricole.


CREDIT PHOTO : RHUM HSE


D’autre part, j’apprécie beaucoup leur sens de l’innovation et leur souhait de plaire à un large public sans perdre en qualité (bien au contraire !) grâce aux finish.
Certes, d’autres le faisaient également, mais jamais à ma connaissance en le mettant autant en avant et en cherchant autant de précision aromatique.

Enfin, j’ai appris à apprécier encore davantage cette Habitation grâce à un homme dont la passion, la sincérité et le souci de bien faire son métier à tous les niveaux m’ont beaucoup touché.


CREDIT PHOTO : CYRIL LAWSON


En effet et de manière générale, j’apprécie au moins autant le travail et les personnalités des hommes et des femmes que le rhum qu’ils fabriquent.

Ce monsieur qui a su me faire aimer encore plus ses rhums, c’est Cyril Lawson, un homme aussi talentueux que sympathique et qui représente véritablement selon moi l’ADN de HSE.


CREDIT PHOTO : HSE


J’ai eu le plaisir de le rencontrer brièvement à de nombreuses reprises sur les salons de spiritueux et notamment le Rhum Fest Paris où je venais déguster les nouveautés HSE, mais c’est finalement lors du 1er confinement que j’ai encore plus captivé par son discours et sa vision du métier.

En effet, lors d’un Live de la Confrérie du Rhum sur Facebook, Cyril mena une masterclass virtuelle avec brio pendant plus de 1h45 sans jamais montrer de signes de lassitude.

Je me souviens rentrer de garde en écoutant religieusement la première heure de cette conférence et prendre conscience de tout le travail que les équipes de HSE mène depuis plusieurs années.

Cette passion et cette précision sur laquelle je reviendrais plus tard dans cet article transparaissaient tout au long de cette masterclass.

Dès lors je n’ai eu qu’une hâte, celle de visiter l’Habitation avec Cyril afin de tout comprendre ou du moins, le plus possible.


CREDIT PHOTO : RHUM HSE


Signalons enfin que HSE a été relativement précurseur dans la création d’une page Facebook dédiée aux amateurs de la maison à une époque où il n’existait quasiment que les pages officielles des distilleries, qui selon moi ne se prête pas toujours au mieux à l’échange entre passionnés.


CREDIT PHOTO : FABIEN BEUVANT


Pour ce qui est des cuvées HSE en elles mêmes, j’ai commencé par acquérir le millésime 1998 (version 70cl) après avoir eu le plaisir de le déguster grâce à un ami.
Je reviendrais en détail sur cette cuvée dans un prochain article dédié.

Mon ami Jean-Paul quant à lui adorait le 2004 avec ce concept de vieillissement si particulier en micro-barrique.

Je m’intéressai ensuite au finish Sauternes lors de sa sortie chez Christian de Montaguère à Paris.
Ce finish me sembla très avant-gardiste à une époque où je ne dégustais pas depuis si longtemps de rhum agricole avec finish.



Je me lançai ensuite à la recherche du millésime 1960 1er embouteillage dont je vous parle dans cet article, puis 2nd embouteillage sur lequel je reviendrais dans un futur article.

Une fois trouvé, je réalisai plusieurs dégustations en face à face sans réussir à tomber d’accord sur celui que je préférais, changeant d’avis presque à chaque fois.

Quelques temps après, je réussi à acquérir le finish Marquis de Terme et le magnum finish Skouras, dont je trouvais le format assez génial !



À la période où je me suis enfin intéressé au rhum blanc, je suis tombé sous le charme de la cuvée de l’an 2000.



J'eus d'ailleurs le plaisir de déguster un Ti Punch au HSE blanc 50% lors de mon vol sur Air Caraïbes vers Fort-DeFrance.




Lors de mon 1er voyage en Martinique il y a quelques années, je m’étais rendu à l’Habitation, mais sans pouvoir la visiter malheureusement.



Outre une très belle dégustation, j’avais profité de ce moment pour découvrir l’exposition située dans l’espace de vente.
Je compris alors la place importante qu’occupe l’art chez HSE.



À travers différents partenariats artistiques dont les plus connus sont ceux avec Titouan Lamazou et Federica Matta, l’Habitation a toujours mis en avant les liens entre le rhum et l’art (poésie et art graphique notamment) grâce à des expositions et des cuvées spéciales.

CREDIT PHOTO : CARIBBEAN BARTENDERZ

Par ailleurs, HSE a depuis longtemps travaillé sur la mixologie via différents événements, notamment avec le talentueux Sam des Caribbean Bartenderz qui a d’ailleurs rejoint l’équipe depuis.

CREDIT PHOTO : HSE

Après avoir visité la distillerie La Favorite dont je vous parlais dans cet article, Benoit Bail (fondateur de la Confrérie Du Rhum et ambassadeur Depaz) et moi prîmes la route en direction du Gros-Morne où se trouve l’Habitation Saint-Etienne.



Après avoir rejoint Cyril, ce dernier commença la visite par les jardins remarquables du domaine, un véritable havre de paix dont la beauté n’a d’égale que la sérénité qui y règne.

Idéal pour nous raconter l’histoire de HSE.



Saint-Etienne fût édifiée sur les bases de la sucrerie « La Maugée » avant d’être rachetée en 1882 par Amédée Aubéry qui transforma cette sucrerie en distillerie, puis la modernisa.

En 1909, la famille Simmonet rachèta Saint-Etienne et la développa jusqu’à son déclin à la fin des années 80.

En 1994, Yves et José Hayot rachetèrent le domaine, le restaurèrent et le valorisèrent, tout en relançant la marque.

L’Habitation est également propriétaire de la distillerie du Simon située dans la commune du même nom. Les ruines de l'ancienne distillerie sont d'ailleurs visibles sur le domaine.


CREDIT PHOTO : HSE

Les champs de cannes à sucre s’étendent sur 550 hectares comprenant 8 variétés différentes dont 6 majoritairement.

Cette production représente 70% des besoins de la distillerie, les 30% restant étants assurés par des apports extérieurs.

La récolte se fait de manière mécanique.

L’Habitation est également propriétaire de la distillerie du Simon située dans la commune du même nom.


CREDIT PHOTO : RUM CONNECTION


Après avoir été pesée, la canne est défibrée grâce au Schredder, puis coupée grâce au coupe canne avant d’être broyée grâce à 3 moulins.

Le jus de canne rejoint ensuite les 10 cuves de fermentation.



Celle-ci dure 24 à 48h sous l’action de levure de boulanger, parfois même jusqu’à 72h.

Le vin de canne ainsi obtenu titre autour de 6%.

La distillation a lieu grâce à 4 colonnes : une en inox, une en cuivre et 2 mixtes cuivre / inox.

CREDIT PHOTO : RUM CONNECTION

Le distillât coule entre 65 et 75% selon les profils recherchés des futurs rhums.

La réduction se fait grâce à de l’eau osmosée.

CREDIT PHOTO : HSE


Un des points forts de HSE est sa maîtrise du repos et du brassage pour ces rhums blancs :

4 à 6 mois sur les cuvées classiques, souvent jusqu’à 1 an pour les futurs rhums vieillis, jusqu’à 2 à 3 ans pour les années exceptionnelles comme les millésime 2000, 2007, 2010, 2012 et dernièrement 2016.



Autre point fort et centres d’intérêt majeur chez HSE : le vieillissement.

L’Habitation comporte 9 chais de vieillissement regroupant 10 foudres de chêne dont 4 plus petits que les autres, ainsi que 1500 fûts de chêne.



Ces fûts sont de tailles et de profils de chauffe différents (actuellement 8 profils en tout), faits en chêne américain pour certains et en chêne français pour d’autres.

HSE possède également des fûts ayant contenus les différents alcools qui permettent de réaliser les finish de la gamme « Finition du Monde ».

La maturation (temps de repos entre la coupe du chêne et son montage en fût), l’origine du bois, la taille du grains sont autant de paramètres auxquels l’Habitation s’intéresse afin de faire découvrir au consommateur toute la richesse du vieillissement.



La gamme des rhums HSE est à la fois précise et grand public dans le sens noble du terme, en éduquant le palais du consommateur, qu’importe son niveau d’expertise, afin de pouvoir l’amener progressivement à des cuvées plus pointues.



En rhums blancs, on trouve : 40%, 50%, 55%


Parcellaire #1 « Canne D’Or » 55% : issu des parcelles Verger et Coulon.

Cuvée de l’an 2016 50% : représentatif de l’année exceptionnelle que fût cette année 2016, tout comme la Cuvée de l’an 2000, puis 2007, 2010 et 2012 avant elle.
Rhum Blanc ayant bénéficié d’un brassage et repos pendant 2 à 3 ans.



Pour ce qui est des rhums vieillis, on a :

Élevé Sous Bois 42% : vieilli 12 à 18 mois en foudre de chêne français.

VO 42% : vieilli plus de 3 ans en fût de chêne américain.

VSOP 45% : vieilli plus de 4 ans en fût de chêne américain.

XO 43% : vieilli plus de 6 ans en fût de chêne américain jusqu’à 4 ans de vieillissement, puis en fût de chêne français.

On trouve ensuite la gamme « Finitions du Monde » :



Kilchoman finish 2014 44% : 5 ans de vieillissement en fût de chêne, puis 4 à 5 mois en fût de whisky Kilchoman.

Rozelieures finish 2013 44% : 5 ans de vieillissement en fût de chêne, puis 8 à 12 mois en fût de whisky français Rozelieures.



Château La Tour Blanche finish 41% 2013 : 8 ans de vieillissement en fût de chêne, puis 11 mois en fût de Château La Tour Blanche (1er Cru Classé de Sauternes).

Pedro Ximenez finish 2007 46% : 7 ans de vieillissement en fût de chêne, puis 6 mois en fût de Pedro Ximenez - Sherry.

VSOP Port Cask finish 45% : 3 ans de vieillissement en fût de chêne, puis 8 mois en fût de Porto de 225 litres.

Château Marquis De Terme finish 2007 48% : 11 ans de vieillissement en fût de chêne, puis 10 mois en fût de chêne français du Château Marquis De Terme.

Skouras finish 2008 49,5% : 10 ans de vieillissement en fût de chêne, puis 14 mois en fût de vin blanc du domaine Skouras (Grèce) et embouteillé en magnum.

On trouve ensuite les éditions spéciales :


CREDIT PHOTO : HSE

Black Sheriff 40% : vieilli en fût de bourbon.

Cuvée Titouan Lamazou 50% : rhum blanc avec carafe conceptualisée par Titouan Lamazou.

Cuvée Federica Matta 40% : vieilli 12 à 18 mois en foudre de chêne avec carafe conceptualisée par Federica Matta.

Ragtime 40% : vieilli en fût de chêne américain de 200 litres.

XO « À La Française » 47% : rhum d’assemblage des millésimes 2007, 2008 et 2011 de plus de 6 ans d’âge en fût de chêne français et embouteillé en magnum.

XO « Alain Ducasse » 45% : rhum d’assemblage des millésimes 2008, 2009 et 2010 de plus de 6 ans d’âge.



Enfin, HSE propose la gamme « Expert Cask » :

Small Cask 2014 46% : vieilli plus de 6 ans dans des mini fûts de chêne du Limousin de 55 litres.
Même procédé que précédemment avec les millésimes 2004 et 2007.

Brut de fût chêne français 50,8% 2007 : 11 ans de vieillissement en fût de chêne français avec un profil de bois et de fût bien particulier.
Rhum embouteillé brut de fut.

Brut de fût chêne américain 51,2% 2007 : 11 ans de vieillissement en fût de chêne américain avec un profil de bois et de fût bien particulier.
Rhum embouteillé brut de fut.

Single Cask 2003 47,8% : âge différent selon le fût (single cask).
Vieillissement en fût de chêne français de 400 litres.



Millésime 1998 47,8% : âge différent selon le fût (single cask).
Vieillissement en fût de chêne français.

Millésime 1960 45% : plus vieux millésime de l’Habitation.

J’eus d’ailleurs le plaisir de déguster ce 1960 2nd embouteillage durant mon séjour en Martinique grâce à Benoit qui sortit cette cuvée à la fin d’un délicieux repas concocté par nos hôtes à Basse-Pointe.



Une fois la visite de l’Habitation terminée, Cyril nous proposa une expérience inédite : déguster les 3 assemblages finalistes des sélections pour la prochaine cuvée XO « Alain Ducasse ».

Un moment passionnant de confrontation de nos ressentis sur 3 très bons rhums avec la volonté de choisir notre favori.

Le choix final était bien entendu déjà fait par HSE, mais je fus heureux de constater que nous tombâmes tous d’accord sur le même assemblage.
Vivement son embouteillage !



Arrivés à 13h00 et repartant à 19h30, cette visite a ainsi tenu toutes ses promesses et bien au delà !

Tous mes plus sincères remerciements à Cyril pour son sens de la pédagogie, de la transmission de sa passion, ainsi que pour sa générosité et sa disponibilité."

Par Olivier Scars
Commentaires (0)

Les dernières actus Lifestyle