Valérie Tribord - interview voyageur
chronique Reggae local 77

Valérie Tribord - interview voyageur

Nous vous proposions il y a quelques semaines de découvrir la Valérie Tribord. L'artiste a sorti un album intitulé Mon Voyage il y a peu. Treize titres mêlant habilement reggae, afrobeats et zouk, illustrés par des textes chantés tantôt en français, tantôt en créole et même en portugais. Une belle invitation au voyage qui valait bien la peine de s'entretenir avec la chanteuse.

Reggae.fr : Peux tu te présenter brièvement et nous dire d'où tu viens ?
Valérie Tribord : Je suis Valérie Tribord, originaire de la Guyane. Je suis chanteuse, auteure, compositrice et interprète.

Comment la musique est-elle entrée dans ta vie ?
La musique a toujours fait partie de ma vie, depuis mon enfance, de part des écoutes, influences variées, quotidiennes ; ce qui je pense a nourri très tôt mon envie d’en faire mon métier. Envie que j’exprime dans la période de mon adolescence, en répondant notamment à l’invitation de mon professeur de musique au collège d’intégrer sa chorale. Mais aussi par un concours qui a provoqué le vrai déclic : je vais à un concert de Kassav, Patrick Saint Éloi (paix à son âme) me choisit parmi les femmes du public, en m'invitant à partager et interpréter l'un de ses tubes Eva sur scène devant des milliers de personnes. Les choses s’enchaînent rapidement par la suite, j’intègre un groupe dont je deviens la chanteuse principale, je commence les séances de chœurs pour quasiment tous les artistes de Guyane de l'époque. Et cela fait également plus d'une trentaine d’années que j'accompagne à travers le monde des artistes de la scène internationale parmi lesquels Cesaria Evora, Boney. M, Bob Sinclar, Tiken Jah Fakoly, Bernard Lavilliers, Alpha Blondy, pour ne citer qu'eux.

Tu viens de sortir un album intitulé Mon voyage. Pourquoi ce titre ?
J’ai intitulé mon album Mon voyage, parce que j’offre un panel de rythmes, de sonorités que l’on retrouve dans divers endroits de la planète. Il s’agit d’un voyage fait de rencontres humaines, artistiques, de musiciens de différents horizons, à travers plusieurs continents. J'aime à penser que cet album, est aussi un voyage du coeur de part le thème central qui est l’amour, développé sous différentes facettes.

Comment et avec qui as-tu travaillé en termes de productions ?
Mon voyage a été conçu de différentes manières, en présence physique, mais aussi à distance en raison du contexte « Covid » qui s’est invité dans la construction de ce dernier, merci la technologie... Avec divers musiciens, ma "famille" du Solar System avec qui je voyage aux côtés d’Alpha Blondy, Julien Lacharme, Veron Dinal, Jason Wilson, Eddie Delomenie et Philippe Georges. J'ai aussi travaillé avec Mike Clinton, Jmi Sissiko, Ludo N’holle, Marie Paule Tribord, Lister Haussmann, Alex Poignet, Komba Bellow, Kandia Kora, Damien Tra et Michael Joseph Mita. J’ai également collaboré avec des artistes tels que Ariel Sheney (star de la musique ivoirienne), Claudy Siar qui m’a fait l’honneur d’être à mes côtés sur le titre Replay, Jean-Michel Rotin sur le titre On a envie, et mon binôme, ma soeur Marie-Paule Tribord sur le titre Briga briga sur lequel nous formons un duo.



Tu chantes en trois langues. Comment choisis-tu ?
Je chante en effet en trois langues sur cet album : créole, français et portugais. Je ne choisis pas forcément, c'est la magie de la musique. J’accueille juste l’inspiration telle qu’elle m’est donnée ou proposée comme sur le titre Rio de Luz. Cela correspond aussi à mon métissage culturel, il y aurait pu y avoir également l'anglais, l'espagnol...

Quelles sont tes principales influences ?
Mes influences sont assez larges et éclectiques, fidèles à mes écoutes, à ma pratique et mes expériences de côtoyer tous les styles et genres musicaux : Reggae, pop, zouk, afro, afrobeats, soul, musique traditionnelle, musique acoustique, riche des mélanges de ma Guyane à la pointe de l'Amérique du sud...



En quoi la Guyane en particulier a-t-elle influencé ta musique ?
J’y suis née et j’y ai vécu, c'est ma terre, donc la Guyane influence forcément ma musique dans les sonorités, dans l’utilisation de ma langue créole. Et puis j’ai également fait le choix de tourner trois de mes clips en Guyane pour illustrer ma musique sur des titres tels que Hello Sunshine, Briga briga et mon tout dernier single Parce que c’est toi.

Quel est ton meilleur souvenir durant le processus de création ou d'enregistrement de l'album ?
Ils sont trop nombreux tant les connexions et les moments ont été incroyables... de Césaria Evora, à Bernard Lavilliers, Tiken Jah Fakoly, Jocelyne Labylle, Boney M, Alpha Blondy, Bob Sinclar depuis plus de 20 ans avec tous ses hits internationaux auxquels j'ai participé... Mais je dois dire que l’écriture des textes Mèsi et Parce que c’est toi figurant dans mon album, sont des souvenirs émotionnellement puissants.



Et le pire ?
Le pire , je dirais plutôt le moment le plus difficile dans la période de création, c’est le départ de mon papa vers d’autres cieux. Mais au final , on se rend compte que l’inspiration dans des moments douloureux est tout aussi forte.



Que peut-on te souhaiter pour la suite ?
Ce que l’on peut me souhaiter, c’est que Mon voyage continue dans diverses contrées sur de nombreuses scènes, festivals nationales, internationales avec d'autres nombreuses collaborations. Je vous donne à ce sujet rendez-vous très bientôt. Mais en attendant restez connecté sur mes réseauxFacebook,Instagram etYouTube.

Merci Valérie !


Par Propos recueillis par LN
Commentaires (0)

Les dernières actus Reggae local