Streaming payant ou gratuit, le débat relancé
Reggae français 7

Streaming payant ou gratuit, le débat relancé

30 Avril 2021

Le streaming est un sujet complexe et vaste. Il y a quelques jours nous nous faisions le relais d'un appel à la régulation du streaming sur les plateformes d'écoute par la Félin, le SMA et Technopol, dans le but de créer un revenu décent et plus juste pour les artistes.

Un autre pan du streaming agite les acteurs musicaux. Celui concerne les shows qui prolifèrent depuis quelques années (et encore plus ces derniers mois, depuis le premier confinement) sur les réseaux sociaux : que ce soit les lives gratuit donnés sur facebook ou youtube ou les les shows diffusés sur Twitch.

Le crew Irie Ites - avec la création de Streamvybz.tv - a pris à bras le corps ce sujet en lançant une plateforme de streaming indépendante voilà une quinzaine de jours. Cette décision a été motivée par le refus d'enrichir les Gafa qui exploitent nos données, mais aussi par les strikes intempestifs, le son compressé ou encore le son coupé dans les replays pour infraction aux droits d’auteur. Mais cette initiative - que reggae.fr soutient - ne fait pas l'unanimité dans le milieu des sounds system reggae français. Aussi, l'annulation d'un Reggae Monthly Meeting sur Streamvybz ce weekend pour insuffisance de préventes a donné l'occasion à Irie Ites d'exprimer de nouveau son ambition et sa vision des choses.

Voici le texte diffusé par Irie Ites qui relance le débat : 

" Greetings Everyone, nous nous associons à la déception de Flo Interlion et toutes celles et ceux qui expriment leur incompréhension. Cette décision n’est pas simplemement basée sur les pré-ventes trop faibles (1), mais surtout sur le peu de retours formulés suite à la vidéo de Flo qui finalement aura eu moins de réponses que son annonce de l’annulation !!?? Ce peu de réponse alors qu'ils ont réussi à fédérer depuis 4 ans pas mal de sounds autour de leur concept des Reggae Monthly !!

Depuis plus d’un an, les massives ont été habitués à une multiplication des live streams totalement gratuits, avec des affiches qui proposaient des sounds, artistes ou labels qui ont fait le choix de se produire sur des plateformes détenues par des multi-nationales qui exploitent notre temps et nos données.

Les strikes, le son compressé, la suppression du son dans les replays pour infraction aux droits d’auteur ne font pas partie de notre vision de la musique, nous pensons que ce modèle tire tout le monde vers le bas et vers plus de précarité.

Nous avons fait un choix différent, celui de l’indépendance, du payant à prix raisonnable, d’une redistribution équitable des revenus, du paiement des droits d’auteurs, d’une qualité de son supérieure, d’une technologie performante qui offre un nouveau service aux amateurs de reggae, de basses bien rondes, qui retranscrivent la qualité des dubplates ou productions.

Tout cela a un coût important d'un point de vue technique du aux frais frais d'encodage, de stockage, de bande passante sans oublier l'abonnement pour pouvoir mettre en place ce genre de solution technologique. Sachez que chaque heure coûte de l'argent. Sur le prix de 4,99€ il y a déjà 20% de TVA, puis 14,5% de SACEM & CNM, environ 15% pour amortir les frais de la plateforme et les frais pour le paiement sécurisé, en gros 50% du prix est déjà parti dans ces coûts incompressibles. A côté de cela les artistes et sounds qui se déplacent ont des frais (150€), Irie Ites mets à disposition le studio gratuitement (alors que c'est une prestation qui coute 200€), les repas et boissons pour tout le monde (100€ minimum), l’hébergement (100€), en gros avant même de percevoir 1€ à se partager à 4 (Interlion, Guiding Star, Riddim Station & Irie Ites), il y a des charges incompressibles.
Pensez-vous que c'est volé de demander 4,99€ lorsque l'on voit ce que cela coûte ?

La gratuité n’existe que pour la musique, le cinéma, et l’air que l’on respire. Ne payez-vous pas un abonnement mobile, un abonnement internet, un abonnement Netflix/Disney+/BeIn ? Ne vous faites-vous pas plaisir avec des paris en ligne, des jeux vidéo ? voire même n’avez-vous pas un abonnement Deezer ou Spotify ? Pensez-vous que la musique puisse continuer à être gratuite à 100% ?

Vous qui travaillez, seriez-vous prêts à travailler gratuitement pendant plus d’un an ? Seriez-vous prêts, en plus, à payer pour travailler ? Il faut réaliser que c’est ce que certains nous demandent !!! Qu’en plus de cela, ce qui est mis en place ne convient pas, n’est jamais assez, et qu’il aurait déjà fallu faire mieux … nous n’avons pas demandé aux sounds de venir à leurs frais, sans contre-partie, bien au contraire.

Le problème est que personne réponds aujourd’hui à une urgence : aider les artistes, sounds et labels à survivre à cette crise !!! Derrière les sounds, c’est des artistes qui enregistrent des dubplates, derrière les labels c’est des artistes qui enregistrent des productions, derrière les organisateurs de spectacle ce sont des artistes qui font des concerts et des médias professionnels qui relaient… et tous ces acteurs participent à faire vivre des familles entières en France, en Angleterre ou en Jamaique. Les shows, les dubplates, les productions leurs permettaient de vivre correctement, ils ne peuvent aujourd’hui à peine survivre.

Cette crise va faire de très gros dégâts aussi dans le milieu des bars, cafés-concerts et autres lieux culturels, qui seront nombreux à ne pas rouvrir. Les artistes auront encore moins d’endroits pour jouer, les jauges seront réduites et par conséquent les cachets seront plus faibles. Le live streaming payant (à prix raisonnable) nous apparait comme un complément possible pour permettre à tous de tenir. Mais ce ne sera possible que si le public joue le jeu et comprend les enjeux.

Notre milieu, le reggae, n’est pas structuré et ne bénéficie pas ou peu d’aides publiques. Notre milieu n’est pas solidaire et on voit bien l’individualisme caché derrière le « one love ». Malgré les valeurs que cette musique véhicule les acteurs et les publics s’opposent plus qu’ils ne se réunissent.

Rappelez-vous que « si c’est gratuit, c’est que c’est VOUS le produit » selon l’expression consacrée dans les nouvelles technologies. En gros ces plateformes (Facebook, Youtube, Twitch) appartenant à des milliardaires exploitent vos données à votre insu, donc nous les enrichissons encore plus chaque jour avec ce modèle et la majorité ne daigne même pas reverser leurs dû aux sociétés de collecte de droits, aux auteurs, compositeurs, éditeurs et producteurs de contenus.

Si vous aimez la musique, que vous aimez les artistes, que vous aimez les sounds et les labels, il est temps de créer un nouveau modèle, vous ne croyez pas ? Les artistes n'attendent pas l'aumône ou un appel aux dons mais plutôt que leur travail soit considéré à sa juste valeur. Le débat est ouvert. En tous les cas Irie Ites sera en live facebook à 17h30 aujourd'hui pour venir en discuter.
"

 

Par Reggae.fr / © Rachit Tank via Unsplash
Commentaires (0)
Les mixtapes
& podcasts
écouter
Les concours Reggae.fr

Les dernières actus Reggae français