Rakoon - Interview Precious
interview Dub 0

Rakoon - Interview Precious

Le producteur français Rakoon était de retour avec un nouvel album cet automne. Something Precious (sorti chez X-Ray Productions et dispo ici) est composé de 10 titres à la saveur indomptable mais enivrante. Un voyage au coeur des émotions durant lequel producteur s'affranchit de plus en plus des barrières de la musique pour aller explorer et proposer des sonorités de plus en plus électroniques, mais toujours aussi séduisantes. Entretien.

Reggae.fr : Qu’est-ce qui vous est le plus précieux sur cet album ? Pourquoi ce titre Something Precious ?
Rakoon : Je pense que c'est vraiment l'entité que constitue cet album qui m'est précieuse, dans sa démarche et son aboutissement. J'avais vraiment envie de créer quelque chose à la fois d'intime et lumineux, tout en étant quelque chose que le public pourrait se réapproprier. Quelque chose avec une certaine profondeur destinée à illustrer des moments de vie de celles et ceux qui l'écoutent, donc quelque chose de précieux.

Le communiqué de presse évoque l’émotion de la joie retrouvée en créant. Peux-tu nous expliquer ?
Bien que je sois très fier de Wishes and Delusions, mon album précédent, il est bien plus sombre et personnel que ce que j'avais pu faire auparavant, pour ce 3ème album je voulais voir si j'étais capable de retrouver une certaine plénitude enfantine que j'avais en composant à mes débuts. Dès le commencement du processus de création j'ai pu toucher du doigt ce sentiment que je cherchais à retrouver, et c'est devenu un fil conducteur pour l'album : essayer de retrouver ce quelque chose de précieux pour pouvoir l'offrir à celles et ceux qui m'écoutent.

ODGPROD · Rakoon - Wishes And Delusions



Certaines personnes arrivent à donner des couleurs aux sons qu’ils entendent (je fais référence notamment au travail de Kandinsky), comment de ton côté arrives-tu à sonoriser les émotions ?
Je pense que c'est ma musique qui raconte mes émotions, et pas nécessairement l'inverse. Quand je commence un morceau, mes considérations sont plutôt artistiques et techniques : j'ai une idée d'une ambiance, d'un mélange de styles, de textures de sons... Puis pendant le processus de création je cherche à être dans un certain lâcher prise, dans un état presque méditatif pour que les choses sortent le plus naturellement possible et sans filtre. C'est donc très souvent bien après le début de la compo d'un morceau que je comprends réellement ce que je cherche à raconter, une fois que j'ai réussi à me laisser aller sans me poser de questions. C'est là que le titre émerge, et je n'ai plus qu'à suivre le cheminement musical établi pour que ça soit cohérent avec l'émotion que je cherche à raconter.

L’album est aussi un carnet de voyage, notamment au Vietnam. Quel est ton lien avec ce pays ? Les samples utilisés sur l’album sont-ils tous issus d’un même voyage ?
Le Vietnam est le pays de naissance de ma grand-mère, et fait donc partie de ma culture, j'y ai passé un mois et demi tout juste avant le confinement, et ce voyage m'a logiquement inspiré d'une part dans sa temporalité, mais aussi dans cette idée de retour aux sources qui faisait partie de la démarche artistique de l'album. Mais il y a d'autres samples dans l'album qui font écho à plein d'autres choses, par exemple le sample de The Great Big Elephant tiré de la série Peaky Blinders sur un morceau d'une lointaine inspiration UK Bass, témoin du souvenir d'une année passée en Angleterre avant de me lancer sérieusement dans le projet Rakoon.



Hoi An a quelque chose de différent par rapport aux autres morceaux.  C’est peut-être le plus dub et le moins electro de tous. Peux-tu nous le présenter et nous parler de cette voix féminine qu’on y entend ?
J'ai entendu la voix qui est devenue le sample dans un musée au Vietnam et ça m'a frappé de la même manière que certaines voix ont pu m'inspirer à mes débuts. Une fois de retour à la maison et confiné, je me suis laissé porter par le sample dans un équivalent musical à l'écriture automatique dans ce fameux lâcher prise total. L'esthétique plus dub du morceau est venue de soi, de manière très naturelle, et bien que ça soit effectivement le morceau le moins électro de l'album, c'est celui qui a donné le ton de cette démarche de laisser aller le positif tout au long de la création.

Quel est ton meilleur souvenir pendant le processus de création de cet album ?
Je pense que je dois en avoir minimum un par morceau ! J'ai fait une grosse vingtaine de démos avant de retenir les 10 titres définitifs, et je ne me suis attardé que sur les morceaux qui me rendaient heureux, qui me laissaient déconnecter de mes pensées. Tout ça c’était justement dans l'optique de pouvoir passer un bon moment du début à la fin de la création de cet album, une addition de moments précieux !

De manière générale, quelles sont tes premières inspirations musicales ?
Ayant commencé la musique avec la guitare j'ai été très influencé par le classic rock et le métal au tout début de mon parcours de musicien. Mais ce qui a vraiment été à l'origine du projet Rakoon c'est la coexistence d'une passion pour l'électro dub français et de l'univers musical de la psy trance. Ce sont des influences qui transparaissent très clairement sur mes premières releases, mais étant passionné par absolument tous types de musique, je me suis bien évidemment laissé inspirer par le maximum de courants possibles !

Qu’écoutes-tu en ce moment ?
Le dernier album que j'ai écouté c'est "Sou Ni Tilé d'Amadou et Mariam, je suis hyper fan du jeu de guitare d'Amadou et il m'inspire de plus en plus. En ce moment j'écoute aussi beaucoup l'album Truth Is de Sabrina Claudio, qui est un album extrêmement pop d'une grande finesse dans l'interprétation et dans la production. J'ai aussi pris une grosse claque avec Heavy Is The Head du rappeur anglais Stormzy et je réécoute aussi pas mal les premiers albums de Dub Inc avec un brin de nostalgie.

Un dernier mot pour ceux qui te lisent.
Un énorme big up à tous les lecteurs et lectrices de reggae.fr ! J'espère avoir le plaisir de vous croiser sur le Precious Tour !

Par propos recueillis par LN
Commentaires (0)

Les dernières actus Dub