Où est passé le reggae en Jamaïque ? Le coup de gueule de Rodigan
Roots 10

Où est passé le reggae en Jamaïque ? Le coup de gueule de Rodigan

2 Mars 2021

David Rodigan a signé une tribune dans le Jamaica Observer dimanche dernier intitulée Où est passé le reggae ?

Le célèbre et très respecté dj et animateur de radio anglais rappelle tout d'abord que le reggae a obtenu ses lettres de noblesse à l'international de 1960 jusqu'au début des années 1980, avec une appétence particulière du public américain et européen pour le roots rock reggae tel que le pratiquait Bob Marley et une adhésion au message révolutionnaire et contestataire de cette musique, qui trouvait un écho dans la pop culture d'alors ainsi que le rock. 

Rodigan dresse le constat qu'en Jamaïque aujourd'hui, que ce soit dans les danses ou à la radio, le reggae a été remplacé par le dancehall et le dancehall trap, qui est la musique la plus appréciée de la jeunesse jamaïcaine actuellement. Selon lui, loin de manquer d'artistes, djs, chanteurs et toasteurs, l'île et sa musique ne profitent plus de l'énorme fan base constituée par les ainés de la musique jamaïcaine, attirée par les messages anti-babylone de ces derniers. Les messages universels d'espoir, de liberté et de lutte contre les injustices manqueraient selon Rodigan, et ce déficit serait la raison pour laquelle le dancehall et le dancehall trap jamaïcain auraient plus de mal à traverser les frontières que le reggae d'antan.

Le dj anglais ajoute que l'omniprésence des réseaux sociaux implique qu'aujourd'hui le plus important semble être la visibilité et plus seulement le message porté par la musique, la preuve en est selon lui la polémique sur le dernier single / clip de Fantan Mojah Fire King. A la vue des clips dancehall où la femme est sans cesse objectisée, où la violence et les armes sont légions, David Rodigan pose la question : où est passé le message d'amour et de paix de la musique reggae ?

Une des raisons pour Rodigan de cette absence d'universalité de la musique jamaïcaine moderne serait le fait qu'elle ne soit plus "collectionable". En d'autres termes, l'achat physique de musique sous forme de vinyles ou de cds permettait à l'époque à une musique non mainstream de se développer grâce à de loyaux supporters.

David Rodigan n'oublie cependant pas dans son papier de citer la génération dite Reggae Revival apparue au milieu des années 2010, avec Chronixx, Protoje, Jah9, Jesse Royal entre autres, et qui porte haut et fort le flambeau de l'héritage laissé par les légendes de la musique reggae. Il regrette cependant que ces artistes ne soit pas plus nombreux.

Le reggae, c'était mieux avant ? Rodigan pose la question.



Par Reggae.fr / Photo DR
Commentaires (0)
Les mixtapes
& podcasts
écouter
Les concours Reggae.fr

Les dernières actus Roots