Rencontre avec L'Entourloop !
interview Reggae français 1

Rencontre avec L'Entourloop !

Le collectif énigmatique L’Entourloop est de retour sur scène et dans les bacs avec un excellent album La clarté dans la confusion. Alors que le groupe est en tournée, nous revenons avec les deux acolytes King James et Sir Johnny (répondant d'une seule voix) sur la réalisation de ce projet à couper le souffle.

Reggae.fr : La clarté dans la confusion est le titre de votre nouvel album, tiré sauf erreur de ma part d'une citation du film  L'aventure c'est l'aventure de Claude Lelouch que vous samplez d'ailleurs au début de l'album. Pouvez-vous expliquer cette référence ?
L'Entourloop : On est assez fan des films de l'époque qu'on a coutume d'appeler l'âge d'or du cinéma français, le nom du groupe n'étant pas non plus anodin. Celles et ceux qui ont écouté les premiers morceaux et le mix « L'Entourloop Airlines » ont pu remarquer que c'est quelque chose que l'on a l’habitude de faire. Pour en revenir au titre, c'est à la fois une référence à la difficile période que l'on vient de traverser et c'est également représentatif de notre collectif et notre manière de travailler en mettant les choses bout à bout en essayant souvent plusieurs versions des titres, on arrive finalement à structurer les choses pour que ça nous plaise à tous.
 
Comment vivez-vous l'accueil de l'album à ce stade, même pas un mois après sa sortie ?
Les retours sont très positifs, c'est bien au-delà de ce à quoi on s'attendait, on essaye surtout de se faire plaisir et on espère que ça se ressent à l'écoute. C'est encore tout frais et on prend le temps de défendre l'album sur scène depuis début Avril, même si ça reste compliqué avec tous les reports dus au covid. On est surtout très content de pouvoir remonter sur scène comme tout le monde.


 
Quelle a été l'influence de la crise sanitaire sur cet album ? Au niveau du message que vous avez voulu y apporter et au niveau de la manière que vous avez eu de travailler ?
Il nous tenait à cœur de proposer un projet positif,  que le public aurait plaisir à écouter. La période a fait que nous avons pu nous consacrer pleinement au développement de l'album. Ce qui passe par des travaux au niveau de notre studio puis une période de création et ensuite d'arrangement. Forcément, nous ne pouvions pas rencontrer tous les artistes avec qui nous avons collaboré mais on s'est efforcé de leur communiquer un maximum nos attentes afin de se rapprocher de ce que nous voulions artistiquement et ça s'est toujours bien passé !
 
Et du coup quelle est la principale différence entre cet album et le précédent ?
La différence c'est sûrement les 5 ans qui les séparent, les différentes rencontres que l'on a pu faire, tous les concerts mais également la façon de produire qui pourrait s'avérer un peu plus moderne.



Comment travaillez-vous ensemble ? quel est le rôle de chacun ?
Chacun amène ses éléments et on met en commun. Comme on en parlait avant, on essaye plein de choses, on retourne. Il y a également des graphistes dans le collectif donc chacun propose autour des différents objectifs que l’on peut se fixer et on s'organise autour de ça.

Comment avez-vous travaillé avec les artistes jamaïcains, en particulier Bounty Killer et Ken Boothe ? Pourquoi ces choix ?
D’abord parce que ce sont deux artistes légendaires qu'on surkiffe tous au sein du collectif. Pour Ken Boothe, on imaginait vraiment sa voix sur une de nos prods, avec un texte écrit par les soins de Mickäel Mottet et la signature vocale de Schérazed du groupe Lion In Bed. Grâce à nos partenaires,  nous l'avons contacté et ça s'est fait assez naturellement. Pour Bounty Killer, un peu de la même façon, nous avions à cœur de l'avoir sur une track, on lui a proposé plusieurs prods et il nous a fait l'honneur d'en choisir une sur laquelle on imaginait aussi Troy Berkley, la combinaison était là.

Pouvez-vous en particulier nous présenter le titre Calling Dancers ?
C'est pour nous un titre qui représente bien le collectif L'Entourloop et les différentes influences qui peuvent s'y mêler. On avait depuis longtemps l'idée de contacter Promoe et on aime bien créer des combos donc on a proposé la track à Alborosie qui voyait très bien où on voulait aller, ils ont fait ça avec tout le professionnalisme qu'on leur connaît et pour notre plus grand plaisir en tant que fans de la première heure.



Et Florilège ?
Pour ce titre, on voulait rester un peu dans la continuité de notre morceau « Tour de force » qu'on retrouve sur l'album précédent Le Savoir Faire, c'est à dire sur un florilège de mc's qui retournent tout. On a donc invité Queen Omega, Lyricson et Red Fox, ce sont 3 artistes qui sont là depuis longtemps et dont l'expérience fait « mouche », ça sonnait comme une évidence.

Quel est votre meilleur souvenir pendant le processus de création / réalisation de cet album ?
Il y a énormément de bons souvenirs forcément, on a réussi à faire des tracks avec des personnalités tellement talentueuses et rien que d'avoir les « vocals » de ces gens-là c'est un régal.

Et le pire ?
Il n' y a pas de mauvais souvenirs. Comme dans toutes créations d'albums il y a eu des imprévus mais nous avons la chance que ce soit quand même bien passé globalement.

Un dernier message pour les lecteur et auditeurs de Reggae.fr ?
If it's too loud you're too old !

Par Propos recueillis par LN
Commentaires (0)

Les dernières actus Reggae français