Tiwony @ Elysée Montmartre
concert Reggae français 11

Tiwony @ Elysée Montmartre

Il y a quelques mois sortait Frequency, le dernier opus de Tiwony, sur lequel l’artiste offre un beau panorama de ses diverses facettes artistiques (reggae, dancehall, hip hop, afrobeat, drill….). Pour célébrer la sortie de cet album ainsi que ses 30 ans de carrière, Tiwony a convié son public à l’Elysée Montmartre pour un concert exceptionnel le 9 février dernier.


 


Le public se presse dans cette salle parisienne. Tiwony et son équipe n’ont pas choisi ce lieu par hasard. Cette mythique salle a un caractère symbolique fort et l’âme reggae l’endroit se fait encore sentir.
 




La soirée s’ouvre avec Black Kimbo (Blackwarell soudsystem) et Mano (Dynamic Sound) qui forment le Sound Man Attitude. Puis succède Little Lion Sound accompagné par deux chanteurs, Jahnaton et Lion Messager.





 
La journaliste, Juliette Fievet (Légendes Urbaines) monte sur scène et met en lumière à travers un texte très touchant, pour introduire le maître de cérémonie de la soirée.


 
La backing band fait ensuite son entrée, composé pour cette soirée d’une talentueuse équipe de musiciens (Mimi, Wonda Wendy, Daniel Adelaïde, Dominique Marie Joseph, Ismaël Nobour, Thomas Broussard, Ibis.).
 




La voix de Tiwony raisonne au son d’Alkebulan interprété depuis les coulisses puis coiffé de son chapeau Peul, l’artiste jaillit sur scène avec son classique Jah beni yo. Il débute le show avec son énergie habituelle, les titres s’enchainent : L’union fait la force, Mon Continent, Pryé Jah …
 




La liste des invités est longue ce soir, le premier ne tarde pas à monter sur scène en la personne du jeune Bad Sam qui vient de La Réunion. Il y a quelques mois, il a remporté le Long Road challenge.
 


On s’envole maintenant au Sénégal avec Meta Dia pour le morceau Vieux Sage. Puis, Balik du groupe Danakil rejoint Tiwony pour Quel Prix, titre au texte fort produit par Manudigital.
 








Le show proposé ce soir est complet puisque des danseurs (Amzone, Katleene, Deeze, Krys) font leur entrée sur un rock endiablé qui surprend le public, Tiwony les rejoint pour un Long Time revisité pour l’occasion. Les danseurs reviendront dans la soirée sur différents morceaux, à noter que les chorégraphies sont signées par DHQ Amzone.


 






Le show continue avec Pa Ni Tan A Ped, Dancehall Frequency…
 
Le puissant riddim de Ah Wa Do Dem retentit, Tiwony annonce qu’un remix de ce titre doit sortir dans les prochains mois. Il en offre un avant-goût ce soir en invitant sur scène Maylan Manaza, Ronegga, Caporal Negus et Bad Sam.


 
Le show se poursuit avec entre autres Paradise, Ma Coline, BlaBlabla, Gratitude. Il nous livre une version solo de l’anthologique Faut qu’on soit fort en rendant hommage à Straïka D et Typical Féfé présents sur le titre original.


 






Un nouvel invité fait son entrée, l’artiste Speedy pour Mon Official qui déclenche une large réaction des massives.


 








Cali P monte sur scène le temps d’un titre, avant que Tiwony le rejoigne pour Ayen pa chanjé accompagné par Pompis, Taïro, Fdy Phenomen et Bad sam et les figurants du clip avec leurs Lowrider (Versil Silver, Nico du Crew Lowrider Mad Ridaz….)


 
















Autre moment fort, l’interprétation par Tiwony du morceau Jistis Pou Klodo accompagné par les proches de la victime dont notamment sa fille Fatia. On rappelle qu’en 2020 Claude Jean Pierre (67 ans) a trouvé la mort lors d’un contrôle policier en Guadeloupe.
 










La soirée se termine avec Senmbelek. Là encore Tiwony a réservé une belle surprise au public puisqu’il a convié sur scène le groupe Mas Libérasyon. Son père le musicien Victor Edimo, le rejoint également sur scène pour un final mémorable.


 






Cette soirée a été un beau voyage musical à travers les 30 ans de carrière de Tiwony, artiste activiste conscient et passionné qui n’a cessé de travailler sans relâche durant toutes ses années. Chapeau l’artiste.
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Par Franck Blanquin
Commentaires (0)

Les dernières actus Reggae français