Bob Marley : son Junior Gong
Roots 16

Bob Marley : son Junior Gong

13 Février 2024

À l'occasion de la sortie du biopic Bob Marley One Love (en salle ce mercredi 14 février) et afin de célébrer comme il se doit le 79ème anniversaire de la naissance du Roi du reggae (né le 6 février 1945), nous vous proposons depuis le début du mois de janvier, chaque semaine, de découvrir ou de redécouvrir quelques bonnes feuilles extraites du livre Bob Marley un héros universel de l'auteur et universitaire Alexandre Grondeau (également fondateur de Reggae.fr), paru aux Éditions La lune sur le toit en 2020 et tout juste réédité (à se procurer sur lalunesurletoit.com et dans toutes les librairies).

Ce mardi, voici un nouvel extrait du chapitre 3 Un héritage musical immense, à propos de Damian "Jr Gong" Marley, entre autres :

" Pourtant si nous devions choisir un seul des fils Marley, ce serait Damian.
Le fils de Cindy Breakspeare, Miss Monde 1976, est celui qui a le plus marqué son époque, et notre génération, à coup de titres devenus pour certains de véritables classiques de la musique urbaine. Celui que l’on surnomme le Junior Gong est le fils de Bob dont le style musical est le plus éloigné de son père. Damian est également celui qui a connu les plus gros succès internationaux.
En 2016, il expliquait :
« Je ne suis pas le seul de la famille à avoir eu un succès international. Il faut se rappeler du succès qu’ont rencontré les Melody Makers. On parle de disques de platine et de disques d’or. Je trouve que c’est pas mal en termes de succès (rires). C’est à mon tour aujourd’hui en tant que représentant de la jeune génération, mais c’est vrai que mes influences dancehall m’aident à ne pas être comparé sans cesse à mon père. Je pense vraiment que les gens me connaissent pour ma musique et pas pour mon nom aujourd’hui. Mais ce n’est pas quelque chose que je calcule. Ça vient juste de la période à laquelle j’ai grandi. Dans les années 80, le dancehall était en train de conquérir la Jamaïque. »

Damian est un homme de son temps, c’est aussi un formidable « hit maker ». Il y a bien sûr l’anthem reggae dancehall Welcome to Jamrock cité plus haut pour lequel il a obtenu un Grammy Award, Make It Bun Dem interprété en mode dubstep avec Skrillex, le duo Bam avec Jay-Z, sa participation au projet SuperHeavy (aux côtés de Mick Jagger et Joss Stone notamment)... Mais si l’on devait ne garder qu’un seul de ses opus, nous conserverions sans hésitation possible sa collaboration avec le rappeur new-yorkais NAS sur Distant Relatives. Après avoir testé leur duo en 2005 sur l’inoubliable Road to Zion, les deux artistes ont transformé l’essai avec un album entier. Count Your Blessings, As We Enter, Patience sont autant de singles qui ont marqué l’année 2010 et la preuve que le rap US et le reggae jamaïcain peuvent fusionner pour donner le meilleur d’eux. Damian a remporté quatre Grammy Awards. Mais au-delà de ses réalisations personnelles, Junior Gong est investi dans de nombreuses activités avec ses frères : « Je n’ai pas seulement une carrière d’artiste. Mon travail de producteur fait aussi partie de ma carrière et je dois aussi me concentrer sur le label que j’ai monté avec mes frères Stephen et Julian, Ghetto Youths International. Il y a beaucoup d’activités qui contribuent à construire ma carrière, pas seulement mes chansons. (...) J’ai vraiment donné beaucoup de mon temps pour développer le Ghetto Youths Crew et pour produire de jeunes talents. » Les liens du sang se retrouvent ainsi dans un label qu’il codirige avec Stephen et Julian, maison de disques qui a produit de nombreuses pépites de ses frères et neveux.

Au-delà des trois frères, les carrières de Ky-Mani (auteur du hit reggae Warriors et héros remarqué des films One Love et Shottas) ou de Julian (interprète entre autres de Boom Draw et Lemme Go) auraient suffi à satisfaire nombre d’artistes reggae. Mais la dynastie Marley ne s’arrête pas aux enfants. Ce sont désormais les petits- enfants du leader des Wailers qui arrivent sur le devant de la scène : Jo Mersa (fils de Stephen (ndlr : brutalement décédé en décembre 2022)) a sorti en 2014 l’EP remarqué Comfortable, et posé sur plusieurs duos de qualité dont Generation avec Jesse Royal, et Point of View avec Damian « Junior Gong » Marley. En 2016, il interprétait avec son frère Yohan Marley le titre Burn It Down.

Daniel Bambaata a également bien entamé le début de sa carrière. Le fils de Ziggy aime travailler en famille, comme le prouvent ses collaborations avec Damian qui a produit son premier titre ou son père Ziggy avec qui il a chanté le titre Changes. On retiendra son excellent Treat You Right paru sur la compilation familiale Set Up Shop Vol 1. Biggz General (fils de Sharon) et Skip Marley (fils de Cedella) suivent également les traces de leur brillant grand-père et, à les entendre, il n’y a guère de doute que la lignée Marley possède un bel avenir devant elle.

L’héritage musical du Tuff Gong est en effet immense, que ce soit sur la scène reggae internationale ou sur son île. Il y a clairement un avant et un après Bob Marley dans le business de la musique jamaïcaine. Pas une année sans que l’un de ses titres ne soit repris ou réarrangé en riddim (version instrumentale destinée à servir de base à différents artistes pour leurs propres chansons). Une sélection musicale indicative s’avère indispensable, à défaut d’être exhaustive. "



Photo : Copyright (c) 56 Hope Road Music - Adrian Boot est l’auteur de toutes les photos contenues dans cet ouvrage. Elles sont utilisées sous licence, laquelle nous a été attribuée par son agence www. urbanimage.tv. 


Par Reggae.fr / Adrian Boot 56 Hope Road
Commentaires (0)
Les mixtapes
& podcasts
écouter
Les concours Reggae.fr

Les dernières actus Roots