Il y a un, Jah Shaka disparissait
Dub 3

Il y a un, Jah Shaka disparissait

12 Avril 2024

Il y a tout juste un an, Jah Shaka, l'un des artistes les plus énigmatiques de reggae music et représentant d'un des sound systems UK légendaires, disparaissait.

Né en Jamaïque (vraissemblablement vers la fin des années 1940), il rejoint le Royaume Uni (East London), avec ses parents, à l'âge de huit ans. Il commence sa carrière artistique en intégrant un petit orchestre, à la fin des années 1960, puis le très obscur Freddie Cloudburst Sound System. Très tôt, il découvre rastafari et commence à assembler l'équipement nécessaire à la création de son propre sound: le Black Napoléon, King Shaka (le Roi Zoulou du 18ème siècle).



Durant les années 1980, le son de Shaka, modeste au début, évolue et devient l'un des trois sounds les plus important du pays, au même titre que Sir Coxsone ou le Mighty Fatman, avec comme singularité, que tout repose sur les épaules d'un seul et unique homme: Jah Shaka himself !! Alors que tous les sounds concurrents sont composés de plusieurs selecteurs et Djs, Shaka, lui, remplit toutes ces fonctions. Seuls quelques jeunes fans, lui donnent un coup de mains pour monter son matos.



Le son de Shaka se spécialise: le stepper dub est né, la basse est écrasante, extrêmement puissante, les sirènes et les chambres d'écho deviennent la marque de fabrique du sound, qui attire une foule de plus en plus importante. Le caractère spirituel des danses de Shaka caractérise également son style et créé une atmosphère qui fait sa célébrité. Shaka selecte, chante, anime, danse...



Il créé, en 1980, son propre label King Of Zulu Tribe, avec un premier opus: Jah Children Cry de African Princess, qui reçoit un echo plus que favorable de la part du public reggae. Il enchaîne ensuite avec sa longue série des Commandments Of Dub (10 volumes).



Ses productions approchent alors les 60 albums à ce jour (sans compter les singles !). Junior Brown, Vivian Jones, Sis Nya, Twinkle Brothers, Johnny Clarke, Icho Candy, Horace Andy, Max Romeo sont autant d'artistes qui enregistrent pour Shaka.



Malgré le recul du rastafarisme dans les années 1980, sa réputation et ses danses sont restées inébranlables et on voit même une recrudescence des sounds, inspirés par le style Shaka, émerger un peu partout en Europe (Cultural Warriors en Suisse, King Shiloh en Hollande,...).

Jah Shaka est victime le 25 septembre 2002, d'un incendie qui ravage complètement son studio et le brûlant gravement, laissant un doute planer quand à son retour sur le devant de la scène reggae.

Toutefois, Jah Shaka se remet de cet accident qui a faillit lui coûter la vie et on le voit revenir animer, plus fort que jamais, jusqu'à son décès en 2023, les danses de Londres à Paris, et dans toute l'Europe.

Notez que son vrai nom avait été divulgué mais jamais confirmé par l’intéressé, qui refusait quasiment toute demande d'interview.

RIP ZULU WARRIOR

Par Reggae.f avec Steppin Warrior / Photo DR
Commentaires (0)
Les mixtapes
& podcasts
écouter
Les concours Reggae.fr

Les dernières actus Dub